Accueil

Le Masque

Le Masque a été créé en 1997 par Marc Hervieux à Strasbourg. Du récital à une dizaine d’artistes, l’ensemble explore les styles et les goûts musicaux des 17e et 18e siècles.
Fidèle à la tradition baroque de lier les Arts, le Masque mêle parfois à la musique d’autres formes d’expression, comme la danse, le théâtre, la poésie et propose au concert des formes différentes. Se nourrir des pas et gestes du danseur, s’imprégner de l’éloquence ou du jeu d’un comédien enrichit le travail du musicien au quotidien et apporte aussi une nouvelle dimension au concert.

Depuis quelques années, l’ensemble réalise des projets avec le danseur et chorégraphe Emmanuel Soulhat dont le spectacle Belles danses pour une demoiselle autour des trios de Marin Marais a été créé en 2019.
Récemment en 2020, le programme instrumental Hotteterre ou les Idées Heureuses s’est associé à la comédienne Hélène Lacoste autour de textes de Pascal Quignard. D’autres programmes phares de l’ensemble ont illustré ce dialogue entre musique et théâtre ou poésie ces dernières années, Soirée chez Monsieur Telemann avec Alain Moussay, Vie et musiques de G.F. Haendel avec Stéphane Ronchevsky ou Le mystère des demoiselles de la Pietà autour d’A. Vivaldi avec Irene Michailidis… Dans des répertoires et des effectifs très variés, Le Masque se produit en France et à l’étranger (Allemagne, Pologne, Tchéquie, Italie, Grèce, Russie, Liban, Palestine, Israël).

Depuis 2008, le Masque propose une saison de concerts à Strasbourg. Il a créé en 2005 une Académie de musique baroque à Neuwiller-lès-Saverne, réunissant à la fois des amateurs découvrant le répertoire baroque et de futurs professionnels. Comme prolongement festif et harmonieux à cette Académie, il crée en 2010 le Festival itinérant Les Rencontres Baroques. Avec l’accordéoniste Bogdan Nesterenko, Marc Hervieux a créé en 2015 un duo autour de sonates du 18e siècle. Ils ont réalisé un disque de sonates de J.-S. Bach et G. F. Haendel en 2018.

Le Masque a enregistré Autour de Monteverdi, Concerti da camera d’A. Vivaldi et plus récemment Martino Bitti, confidences d’un Maître oublié. Depuis quelques années, le Masque tisse des liens étroits avec l’ensemble tchèque Plaisirs de musique et les musiciens Marta Kratochvilova et Jan Cizmar. Des projets autour de la musique française et des résidences se développent entre les deux pays.
Le Masque anime par ailleurs des ateliers d’initiation à la musique baroque auprès de publics empêchés, au sein de structures spécialisées (ehpads, hôpitaux, maisons d’arrêt…).

Le Masque est soutenu par la Ville de Strasbourg, la DRAC Alsace, le Conseil Général du Bas-Rhin et la Banque Populaire Alsace-Lorraine-Champagne.

Prochain évènement :

Dimanche 22 novembre 2020 à l’église St Pierre-le-Vieux

Dialogue insolite, “de Charles Dieupart à Johann Sebastian Bach”

Marc Hervieux, flûte à bec
Bogdan Nesterenko, accordéon de concert

Dialogue insolite

Après un disque autour des sonates pour flûte et basse de J.S. Bach et G.F. Haendel sorti en 2018, le duo insolite est de retour avec un programme de sonates en trio du même Bach, des extraits de la Suite pour flûte et orchestre et des Suites de Charles Dieupart.
Une curieuse rencontre ? On sait en effet que J.S. Bach connaissait la musique de C. Dieupart et a même copié l’intégralité de ses six Suites pour clavecin. Claveciniste, Charles Dieupart parti en Angleterre pour chercher succès et fortune a composé six Suites pour son instrument. A la fin du 17e et au début du 18e siècle, il y avait à Londres un grand nombre de flûtistes à bec et l’engouement pour cet instrument poussa Dieupart à transcrire ces Suites pour flûte à bec et basse-continue. On trouve dans ces Suites un cadre assez formel, avec une alternance de mouvements quasi systématique (Ouverture, Allemande, Courante, Sarabande, Gavotte, Menuet, Gigue) mais qui révèle à l’intérieur des pièces et danses d’humeur sensible et nuancée, avec une ornementation riche et ciselée.
Une rencontre inattendue entre les sonates de Bach et les Suites de Dieupart, mais avec cette même exigence d’un discours clair et d’une écriture contrastée au fil des mouvements.