Accueil

Prochain concert

dimanche 12 mai à 17h à l’église du Temple Neuf

Dans l’intimité de George Friedrich Haendel

Julia Renoeckl, soprano
Marc Hervieux, flûte à bec
Chantal Baeumler, viole de gambe
Eva Valtová, clavecin

Ce concert propose un portrait intimiste de George Friedrich Haendel. Au programme, des airs allemands, des sonates pour flûte à bec et pour viole de gambe ainsi que la cantate Nel dolce dell’oblio écrite dans un style plus proche de l’opéra.

Les airs allemands qui datent des années 1724-1727 ont été écrits sur des poèmes de Barthold Heinrich Brockes. Les textes de ces neuf airs proviennent du premier tome d’une Anthologie dont le titre est, Le plaisir terrestre de Dieu, composé de poèmes physiques et moraux. Composés dans sa langue maternelle, l’allemand, ces airs sont empreints d’une nouvelle sensibilité, d’une poésie de la nature naïvement intériorisée, tout en étant très imagée, légèrement moralisatrice. Dieu y est loué de façon panthéiste, suivant l’idée qu’il se manifesterait à travers tous les êtres vivants du monde. Ces airs pour soprano, dessus et basse, pleins de caractère et de charme, adoptant la forme da capo, étaient sans doute chantés et joués dans un cercle semi-public, ou étaient réservés à l’édification spirituelle et au recueillement méditatif.

En alternance à ces airs allemands, nous entendrons la cantate Nel dolce dell’oblio ainsi qu’une transcription pour clavecin d’un des airs les plus célèbres de Haendel, des sonates pour la viole de gambe et pour la flûte à bec, écrites dans le style italien, à la fois expressives et concertantes. Quand Haendel compose pour les instruments, il donne l’impression de s’adresser à des chanteurs, avec la même exigence, en donnant à ces pièces un même pouvoir émotionnel et dramatique.

tarifs : 16, 11 & 6€ • moins de 16 ans gratuit

Saison 2023-24

Saison 2023-24

Ensemble Le Masque


Le Masque a été créé en 1997 par Marc Hervieux à Strasbourg. Du récital à une dizaine d’artistes, l’ensemble explore les styles et les goûts musicaux des 17e et 18e siècles.

Fidèle à la tradition baroque de lier les Arts, le Masque associe parfois à la musique d’autres formes d’expression, comme la danse baroque ou contemporaine, le théâtre, la poésie et propose au concert des formes différentes. Se nourrir des pas et gestes du danseur, s’imprégner de l’éloquence ou du jeu d’un comédien enrichit le travail du musicien au quotidien et apporte aussi une dimension différente au concert.

Dans des répertoires et des effectifs très variés, Le Masque se produit en France et à l’étranger (Allemagne, Autriche, Pologne, Tchéquie, Italie, Grèce, Russie, Liban, Palestine, Israël, Inde).

Depuis 2008, le Masque propose une Saison de concerts à Strasbourg. Il a créé en 2005 une Académie de musique baroque à Neuwiller-lès-Saverne, réunissant à la fois des amateurs découvrant le répertoire baroque et de futurs professionnels. Comme prolongement festif et harmonieux à cette Académie, il crée en 2010 le Festival itinérant Les Rencontres Baroques .

Avec l’accordéoniste Bogdan Nesterenko, Marc Hervieux a créé en 2015 le duo Dialogue insolite autour de sonates du 18e siècle. Ils ont réalisé un disque de sonates de J.S. Bach et G.F. Haendel en 2018.
Après plusieurs disques consacrés à Claudio Monteverdi à Antonio Vivaldi et à Martino Bitti, le Masque a enregistré en 2020 Autour de Jacob van Eyck, le Rossignol d’Utrecht.

Depuis quelques années, le Masque tisse des liens étroits avec l’ensemble tchèque Plaisirs de musique et les musiciens Marta Kratochvilová et Jan Cizmar. Des projets autour de la musique française et des résidences se développent entre les deux pays.

Le Masque anime par ailleurs des ateliers d’initiation à la musique baroque auprès de publics empêchés, au sein de structures spécialisées (ehpads, hôpitaux, maisons d’arrêt…).

Après le spectacle Belles danses pour une demoiselle autour des trios de Marin Marais avec le chorégraphe Emmanuel Soulhat, le Masque développe depuis 2021 une adaptation du célèbre conte d’Andersen Le Rossignol et le Roi avec la danseuse Isabel Devaux et le comédien Jimmy Patouillard.

Récemment labellisé “Strasbourg, capitale mondiale du Livre UNESCO”, ce spectacle destiné à tous publics va faire l’objet d’une résidence au Lycée du Reeberg à Mulhouse en 2024.

Un projet de disque se dessine autour des Six Suites de Francis Dieupart pour le clavecin et pour la flûte à bec et la basse-continue avec notamment le claveciniste Raphaël Collignon.

Le Masque est soutenu par la Ville de Strasbourg, la DRAC Alsace, la Collectivité Européenne d’Alsace et la Banque Populaire Alsace-Lorraine-Champagne.